Immigration aux États-Unis : options de visa pour les étrangers

Immigration aux États-Unis : options de visa pour les étrangers

Toutes les personnes étrangères cherchant à entrer aux États-Unis doivent recevoir le bon visa pour être autorisées à entrer légalement à leur arrivée dans le pays. D’une manière générale, les options de visa pour les étrangers se répartissent en 2 catégories : les programmes pour les non-immigrants et les immigrants. Il existe 3 passerelles permettant aux étrangers d’entrer aux États-Unis : les visas de travail, d’affaires et d’immigration. Afin d’obtenir l’une de ces catégories de visa, un demandeur doit répondre à un ensemble d’exigences, par exemple, l’entité d’un investisseur étranger doit être dûment constituée et exister valablement aux États-Unis, détenir un enregistrement auprès de l’IRS et conserver un compte bancaire américain. Examinons de près ces options disponibles pour ceux qui souhaitent immigrer aux États-Unis.

Visas d’immigration

En tant que leader de l’économie mondiale, les États-Unis sont bien conscients de l’attractivité de leur marché pour les investissements internationaux. C’est pourquoi le gouvernement américain crée un climat d’affaires favorable aux entrepreneurs désireux d’investir. Les visas d’immigrant aux États-Unis permettent aux étrangers d’entrer aux États-Unis dans le but de résider et de travailler sans restrictions existantes pour les titulaires de visas de non-immigrant. Cette catégorie comprend les visas suivants : EB-1A/B, EB-1C, EB-2 et EB-3, et EB-5.

Visa EB-1A/B
Visa EB-1A

Le visa EB-1A est destiné aux personnes jouissant d’une réputation exceptionnelle dans les domaines de l’art, de l’éducation, des activités commerciales, du sport et de la science. Le délai de passage d’une pétition est court comprenant, en général, 15 jours ouvrables. Pour lancer le processus de demande de visa de cette catégorie, un candidat doit fournir un formulaire I-140. Simultanément, une demande de carte verte peut être remplie, réduisant ainsi considérablement le temps nécessaire pour obtenir le statut de résident américain. Le demandeur le plus reconnu est ; moins la documentation est nécessaire. Par exemple, le lauréat du prix Nobel aura plus de facilité à devenir titulaire d’un visa que des personnes moins connues possédant une expertise et un talent comparables.

La  condition principale préalable à la délivrance d’un visa EB-1A est une large reconnaissance des capacités remarquables d’un demandeur. Il ou elle est obligé de confirmer la preuve d’au moins 3 des critères (y compris l’obtention de récompenses, être un représentant d’associations qui revendiquent des réalisations importantes pour l’entrée, des adhésions à des organisations réputées, une reconnaissance dans le domaine d’un pétitionnaire, une rémunération élevée, être un évaluateur des œuvres d’autrui, publications, réalisations majeures, participation à des expositions, succès commercial, etc.).

Visa EB-1B

Les récipiendaires EB-1B classiques sont des professeurs et des chercheurs de renommée mondiale avec plus de 3 ans d’expérience internationalement reconnue. Pour devenir titulaire d’un visa, un candidat doit avoir une invitation à un emploi d’un employeur américain parrain qui déposera une requête en son nom. Il est nécessaire de prouver qu’un chercheur ou un professeur est activement cité et publié dans le domaine de sa compétence.

Pour EB-1B, un candidat doit répondre à au moins 2 des 6 exigences.

  • Preuve de la réception de récompenses nationales et internationales ;
  • Participation à des organisations réputées;
  • Matériel imprimé qui est écrit sur le travail d’un candidat par d’autres dans une édition renommée ;
  • Implication en tant qu’évaluateur des travaux d’autrui dans un certain domaine de compétence ;
  • Réalisations importantes de l’enquête ;
  • Paternité académique de livres ou d’articles savants.

La durée d’une procession est normalement de 6 mois ou 15 jours moyennant un supplément.

Visa EB-1C

Les propriétaires d’entreprises très rentables ont la possibilité d’étendre leur part de marché en Amérique et de s’installer aux États-Unis avec le visa EB-1C. Il s’agit d’une alternative recherchée au visa L-1. Il est délivré aux employés occupant des postes de direction dans de grandes entreprises qui sont transférés pour travailler dans une filiale américaine. Ce n’est qu’un visa de travail. La société du demandeur doit détenir plus de 50 % des actifs de la filiale.

Visa EB-2

Les personnes titulaires d’une maîtrise ou d’un doctorat ou de réalisations renommées dans les sciences, les arts ou l’activité commerciale satisfont aux conditions d’obtention d’un visa EB-2. Ils doivent avoir un diplôme de premier cycle et au moins 5 ans d’implication continue dans le domaine, ou des compétences et des talents remarquables dans le domaine des sciences, des arts ou de l’activité commerciale. Les preuves nécessitent au moins 3 des 7 critères de l’USCIS (y compris des documents sur une carrière universitaire, des licences, des lettres documentant l’expérience, des adhésions à des organisations professionnelles, une reconnaissance dans le domaine d’un pétitionnaire, une rémunération élevée, etc.).

Outre une maîtrise ou un doctorat et des compétences remarquables, il existe une troisième sous-catégorie de visa EB-2 : les personnes qui représentent un intérêt national pour les États-Unis (NIW). Contrairement aux autres catégories de visas EB-2, ces demandeurs n’ont pas besoin d’une offre d’emploi ou d’une attestation de travail.

La famille d’un requérant peut recevoir des visas E-21 et E-22. Pendant le processus de réception d’une carte verte, le mari ou la femme peut demander une carte d’identité USCIS, qui lui donne un permis officiel pour opérer sur le territoire des États-Unis.

Visa EB-3

Les personnes (employés de différents niveaux de compétence) qui ne relèvent pas d’autres classifications basées sur l’emploi peuvent obtenir un visa EB-3. Cette classification permet d’immigrer aux États-Unis dans le but d’opérer régulièrement pour un propriétaire américain. Sur la base de la certaine catégorie de visa EB-3, il y a des critères indépendants à remplir :

Les spécialistes expérimentés doivent posséder un diplôme de premier cycle;
Les professionnels doivent posséder au moins 2 ans de formation ou de participation au travail ;
Les travailleurs non qualifiés doivent avoir une expérience allant jusqu’à 2 ans pour devenir compétents. Ils doivent exercer des activités pour lesquelles aucun travailleur américain qualifié n’est disponible.

Dans la plupart des cas, EB-3 suggère le parrainage du futur employeur d’un candidat. La famille d’un demandeur peut demander les visas E-34/EW-4 et E-35/EW-5.

Visa EB-5

C’est une excellente solution pour les grands investisseurs immigrants qui permet d’obtenir le statut de résident permanent grâce à l’investissement. Ce programme a été lancé en 1990 par le Congrès. Seuls environ 10 000 visas sont délivrés par an dans la catégorie EB-5.

Pour devenir titulaire d’un visa EB-5, l’étranger d’affaires doit suivre l’ensemble des exigences suivantes :

  • L’apport de capital se fera de l’une des manières suivantes : démarrer l’entreprise aux États-Unis ou investir par l’intermédiaire de sociétés tierces ou d’agences spéciales. Si la contribution est effectuée dans une zone à fort taux de chômage (HUA), le nombre de finances ne doit pas être inférieur à 900 000 $. Pour les autres régions, ce montant est de 1 800 000 $. Il convient de noter que les HUA peuvent être trouvés dans des villes densément peuplées à travers l’Amérique comme Los Angeles ou New York.
  • Le nouvel établissement devrait former au moins dix nouveaux postes à temps plein pour les résidents américains.
  • Les fonds doivent être prouvés qu’ils proviennent d’une source légitime.
  • Un demandeur doit fournir au gouvernement les documents correspondants prouvant qu’une entité est dûment établie et comprenant des certificats d’absence de casier judiciaire ou de relations avec des groupes terroristes, etc.
  • Avantages du programme de visa EB-5

Disposant d’un visa EB-5, un investisseur bénéficie de nombreux avantages équivalents à ceux des citoyens américains : éducation, services de santé, assistance sociale, etc. Un visa de cette catégorie lui permet d’entrer librement sur la zone continentale des États-Unis sans obligation de diriger personnellement l’entreprise, avoir une formation spécifique, maîtriser l’anglais. Après l’expiration de la période de validité (normalement 5 ans), un investisseur peut céder ses fonds de la société.

Ce programme permet également aux investisseurs, à des conditions plus faciles, de devenir titulaire d’une carte verte et en 5 ans – un citoyen américain. En outre, le conjoint d’un investisseur peut être emmené aux États-Unis et exercer officiellement ses activités tandis que les enfants célibataires de moins de 21 ans peuvent étudier en tant que résidents américains.

De nombreux entrepreneurs font des contributions via les centres régionaux. Ces organisations sont impliquées dans la relance de l’économie américaine via des apports de capitaux externes et la création d’emplois, et elles sont par conséquent qualifiées pour recevoir des fonds d’investisseurs immigrés.

En choisissant cette option, un investisseur prépare des plans d’affaires pour une variété de projets. Ils diffèrent d’un point de restauration rapide à un domaine résidentiel. Mais bon nombre de ces projets peuvent ne pas être rentables pour un investisseur immigrant.

Visa d’affaires

La catégorie de visa E couvre les hommes d’affaires qui entrent aux États-Unis dans le but de créer une entreprise aux États-Unis. Ces visas sont de 2 types : E-1 et E-2. Seuls les citoyens des pays ayant signé des accords spéciaux avec les États-Unis sont concernés par cette catégorie de visa. Il y a plus de 60 pays qui ont des traités E-1 et E-2 avec l’Amérique. Une liste complète des pays est disponible sur le portail du département américain.

Visa E-1

Le visa E-1 permet aux ressortissants étrangers de s’installer aux États-Unis dans le but de faire du commerce international. Il peut faire référence aux matières premières, aux services, au tourisme et même à la banque. La taille d’une telle activité doit être importante et comprendre au moins 50 % du commerce international à destination/en provenance des États-Unis. La loi ne fixe pas de règles ou de niveau minimum de commerce jugé substantiel, mais de toute évidence, plus la taille du commerce est faible, moins un pétitionnaire est susceptible de recevoir le statut de titulaire de visa.

Pour recevoir un visa E-1, un demandeur doit occuper un poste de direction ou posséder certaines compétences qui rendent ses services vitaux pour l’entité de son employeur, et un tel demandeur s’engage à quitter les États-Unis lorsque ce statut change. En outre, un éventuel titulaire de visa E-1 doit être un ressortissant étranger visé par un traité ou au moins 50% de son entreprise doit appartenir à des TFN.

Ce visa accorde un permis pour rester jusqu’à 2 ans. De plus, le séjour initial peut être prolongé jusqu’à 2 ans. Les personnes à charge d’un titulaire de visa E-1 peuvent également obtenir un visa.

En cas de modification de l’objectif d’une visite alors qu’il réside aux États-Unis avec un visa E-1, un demandeur doit modifier son statut de visa.

Visa E-2

Pour de nombreux gens d’affaires, l’exigence d’investissement de 1 million de dollars est beaucoup trop élevée. Dans ce cas, le visa E-2 est une excellente alternative pour les petits entrepreneurs car pour seulement 100 000 $, un demandeur peut ouvrir sa propre entreprise aux États-Unis.

E-2 n’offre pas d’options directes pour obtenir une résidence permanente. Il n’y a pas de période de validité spécifique pour ce programme. Fondamentalement, un tel programme est accordé pour la période de 3 mois à 5 ans. Il est possible de renouveler la période de validité un nombre infini de fois.

Il n’y a pas de montant minimum ou maximum d’investissement défini. Le montant de la contribution initiale peut être différent en fonction du fait que différents niveaux d’investissement sont nécessaires pour ouvrir un grand établissement et un petit bureau. Globalement, le minimum non officiel est de 100 000 $ mais le visa peut être accordé même si le montant du capital apporté est moindre.

Il y a un ensemble d’exigences obligatoires à satisfaire :

  • L’établissement doit être de bonne foi et la contribution doit être suffisamment importante pour subvenir aux besoins d’un investisseur et de ses personnes à charge dans un délai de 5 ans.
  • Un entrepreneur doit entrer aux États-Unis dans le seul but de développer l’entité commerciale, donc un apport en capital E-2 ne doit pas être considéré comme un projet parallèle.
  • Le capital doit être généré à partir d’une source légitime.

Le visa offre à un investisseur la possibilité de résider aux États-Unis pour une durée illimitée sous réserve des conditions qui restent valables. En outre, la famille peut également demander des visas d’immigrant. Le temps du cortège est en moyenne de 4 à 6 mois ou de 15 à 30 jours pour un examen accéléré.

Un demandeur ne peut pas demander le statut E-1 ou E-2 en dehors des États-Unis.

Visa de travail

Chaque année, des milliers de cartes vertes et de visas de travail aux États-Unis sont accordés pour de multiples professions ou catégories d’emploi allant des arts à l’agriculture. Pour opérer aux États-Unis, une personne doit obtenir un visa de travail pour être embauchée de manière légale. Il existe plusieurs visas de travail américains disponibles pour les professionnels immigrés. Cette classification de visa comprend les visas suivants : H-1B, L-1, O-1 et R-1.

Visa H-1B

Le visa H-1B permet aux employeurs américains d’embaucher des spécialistes étrangers lorsqu’il n’y a pas d’Américains compétents pour un certain poste. Le titulaire du visa H-1B peut être engagé dans certaines activités uniquement pour l’entité de financement, sinon le visa sera annulé. L’employé doit posséder un diplôme universitaire de premier cycle dans des domaines tels que l’informatique, la finance, l’ingénierie, l’architecture ou plus. La liste des critères à remplir pour ce visa comprend :

  • Une offre d’emploi d’un propriétaire américain ;
  • Un diplôme universitaire de premier cycle;
  • Preuve qu’il y a un manque de candidats américains qualifiés pour le poste.

Les employeurs doivent prouver au DOL que les travailleurs recevront un montant fixe ou fixe qui est au moins équivalent au salaire virtuel versé à d’autres travailleurs ayant une implication similaire.

Les visas H-1B sont approuvés pour une période initiale allant jusqu’à 3 ans, cependant, les visas de travail peuvent être prolongés au-delà. Normalement, la durée maximale d’un visa H-1B, prolongations comprises, est de 6 ans, mais il existe des exceptions dans certains cas.

Un travailleur peut transférer son statut de visa H-1B d’un employeur à un autre. Ces dispositions de transférabilité dispensent le travailleur et l’employeur d’avoir à attendre la notification d’approbation de l’USCIS avant de commencer un nouvel emploi H-1B. Les proches parents d’un travailleur peuvent obtenir des visas H-4 pour la même durée de séjour. Ils ne peuvent pas être employés aux États-Unis mais peuvent faire des études.

Visa O-1

Le visa O-1 est accordé aux personnes qui ont non seulement une offre d’emploi aux États-Unis, mais également des capacités ou des réalisations exceptionnelles. Il fait référence aux personnes dans les domaines de la science, du sport, de l’activité commerciale, de l’éducation ou des arts et de l’industrie de la télévision. La reconnaissance internationale du succès d’un demandeur dans n’importe quel domaine est une raison solide pour faire appel à ce type de visa. En général, il est délivré pour 3 ans mais est lié au temps nécessaire à l’exercice de l’activité, pour laquelle un candidat est admis.

Lors de la qualification pour le visa O-1, les documents suivants doivent être soumis : avis consultatif, duplicata d’un contrat écrit entre un employeur potentiel aux États-Unis et un résumé des services qu’un demandeur va fournir aux États-Unis.

En outre, la fourniture de la preuve de la qualification la plus élevée du candidat et de ses réalisations marquantes est requise.

Visa R-1

La catégorie R1 est un visa de non-immigrant permettant aux étrangers d’entrer temporairement aux États-Unis pour un emploi dans un établissement religieux américain à but non lucratif en tant que ministre, moine, prêtre, rabbin, imam ou autre travailleur religieux. Pour obtenir un statut R-1, une personne doit prouver son rôle professionnel et ses activités prévues aux États-Unis.

Le programme auquel participe un candidat doit faire partie d’un programme de mission internationale. Des justificatifs de rémunération salariée ou non salariée, des copies du relevé bancaire ou des documents prouvant les sources d’autofinancement, une preuve d’adhésion (rémunérée ou autofinancée) sont nécessaires à présenter.

Une fois accordé, le visa R-1 est valable 30 mois. De plus, il peut être prolongé jusqu’à 30 mois. La durée maximale de séjour d’un titulaire R-1 aux États-Unis est de 5 ans.

Pourquoi  choisir nous?

Les avocats de « Eternity Law International » aident les clients de différents pays à venir aux États-Unis et à créer de nouvelles entreprises, à acquérir des sociétés opérationnelles et à effectuer des investissements de manière à permettre aux clients d’obtenir un visa applicable. Contactez-nous aujourd’hui et obtenez votre première consultation. Nous sommes impatients de vous aider avec vos exigences en matière de visa américain.

N’hésitez pas à contacter-nous.

Vous pouvez également voir nos offres dans la catégorie Entreprises toutes faites et licences à vendre

N’hésitez pas à rejoindre notre chaîne de télégrammes telegram channel   afin de vous tenir au courant des nouvelles offres et des entreprises prêtes à l’emploi à vendre.

Nous avons également plusieurs options dans le monde entier!

Précédente Suivante