Impôt sur les entreprises à Hong Kong

La juridiction de Hong Kong fait référence à l’impôt sur les sociétés comme étant l’impôt sur le revenu, l’impôt sur le travail et l’impôt prélevé sur les biens immobiliers.

En général, cette région de Chine est attrayante pour les entrepreneurs étrangers car elle a un système transparent et simple de faire des affaires. Cependant, même la juridiction la plus démocratique impose néanmoins aux entreprises l’obligation de payer des frais obligatoires au budget de l’État.

Conformément à la réglementation de Hong Kong, l’impôt sur le revenu ne sera facturé que si l’entreprise perçoit les revenus directement dans cette région autonome. C’est assez pour les résidents et les non-résidents; de plus, rien ne dépend de la question de savoir si le bénéfice a été transféré à Hong Kong.

Or, il n’y a pas de moyen universel par lequel il serait possible de déterminer la source du profit. Des représentants des autorités fiscales de la PAC analysent la nature des transactions commerciales; ils étudient les textes des accords, la documentation primaire, etc. Voici quelques aspects qui seront pertinents pour les entrepreneurs de Hong Kong:

L’emplacement du bureau où sont effectuées les opérations clés nécessaires pour générer des revenus.

Lieu d’exécution des principales opérations nécessaires à l’entreprise pour réaliser un profit.

Lieu de prise de décisions importantes liées à la formation des bénéfices.

Quelles organisations transfèrent des fonds?

Si Hong Kong est mentionné dans l’un de ces aspects, il est fort probable que les bénéfices seront imposés.

Le taux d’imposition sur le revenu est à deux niveaux. Les deux premiers millions de dollars (monnaie locale – le dollar de Hong Kong) sont imposés au taux de 8,25%, le reste des bénéfices est imposé à 16,5%. Les sociétés en nom collectif et les propriétaires uniques paient le prélèvement fiscal au taux de 7,5% et 15%, respectivement.

Il y a plusieurs exceptions à cette règle qui permettent à une personne morale de «ne pas tenir compte» de la réglementation fiscale de Hong Kong.

La première de ces exceptions est que si une entreprise entre dans la catégorie privilégiée et paie un prélèvement fiscal à un taux égal à 50%, elle n’utilise pas le régime à deux niveaux supplémentaire, mais suit nécessairement la procédure établie. Cela s’applique aux entités juridiques suivantes:

  • bureaux de représentation de la trésorerie de l’entreprise;
  • sociétés de réassurance spécialisées;
  • les organismes d’assurance captifs;
  • sociétés de location d’aéronefs.

En outre, la deuxième exception est que la société appartient à un groupe d’entités juridiques liées les unes aux autres. Parmi ces entreprises, une seule peut appliquer le régime à deux vitesses.

Déductions de l’impôt sur le revenu

Les dépenses qui ont accompagné l’entreprise à réaliser un profit sont déduites des revenus imposés. Les éléments suivants sont déductibles:

  • les frais de réparation et de reconstruction des locaux destinés à la conduite des activités commerciales – ces montants sont également divisés par 5 ans et sont payables en plusieurs versements;
  • les dépenses allouées pour l’acquisition d’équipements technologiques;
  • les dépenses engagées dans le cadre de l’achat ou de la réparation d’équipements, à l’aide desquelles les effets néfastes sur l’environnement naturel sont réduits;
  • les montants d’amortissement.
Précédente Suivante