Sector financiere de Namibie

Sector financiere de Namibie

La Namibie est un centre financier de l’Afrique, qui a une gouvernance stable et démocratique, une administration loyale et une base solide sur laquelle les organisations peuvent être établies davantage. Le gouvernement namibien offre de bonnes conditions pour les investissements nationaux et étrangers afin d’encourager le développement monétaire, de prévenir le chômage et de développer l’économie. La Namibie invite les investisseurs étrangers les investisseurs étrangers dans son secteur économique à se développer et à investir.

La loi de 1990 sur l’investissement étranger (FIA) établit un traitement identique des investisseurs financiers étrangers et des entreprises namibiennes, une facilité d’accès à une justice équitable et une indemnisation en cas de litige, le droit de remettre des fonds de revenu. De plus, la FIA impose aux investisseurs d’établir une coopération mutuelle avec les entreprises namibiennes, pour avoir la majorité du personnel local.

Il y a d’énormes investissements chinois d’investisseurs étrangers en Namibie, en particulier dans la zone d’extraction d’uranium. Les investisseurs sud-africains ont des intérêts étendus dans les domaines des mines de bijoux et des banques, tandis que les déposants indiens ont des intérêts dans le zinc. Les investisseurs européens ont des intérêts substantiels dans le secteur de la pêche. Des investisseurs du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de différentes autres juridictions concernent des enquêtes pétrolières au large des côtes namibiennes.

L’inversion d’investissement en Namibie

L’environnement de l’investissement en Namibie est fondamentalement positif. Malgré les interruptions financières mondiales provoquées par la pandémie de coronavirus, la Namibie a maintenu la sécurité politique et continue de fournir des préférences de base pour les investissements directs étrangers (IDE) internes tels qu’un système de justice indépendant, un environnement macroéconomique fidèle, la protection des fonds des investisseurs, protection de leurs droits, qualité des infrastructures, facilité d’accès à l’Afrique du Sud.

La Namibie développe son cadre de transport pour encourager les investissements, en réalisant un grand développement du port de Walvis Cove en 2019 et en reconstruisant le terminal aérien Hosea Kutako Worldwide et en développant un système de voies ferrées publiques. La Namibie aborde également la coopération avec la Southern African Traditions Association (SACU), le territoire de déréglementation du Southern African Advancement People Group (SADC) et le secteur du commerce en Europe.

Parmi les difficultés rencontrées par les IDE en Namibie, on peut citer le coût élevé des véhicules, l’étroitesse du marché national, une énergie expansive, un bassin de travail restreint. En tant que pays de ségrégation raciale sanctionné post-politiquement, avec peut-être le rythme de disparité le plus remarquable de la planète, la Namibie continue de chercher la solution à des déséquilibres monétaires notables.

La loi de 1990 sur l’investissement étranger prévoit des conditions d’investissement étranger libérales pour les investisseurs financiers étrangers et voisins. Avec des cas spéciaux limités, tous les domaines de l’économie sont accessibles aux investissements étrangers. Il n’y a pas de nécessité d’intérêt national dans la FIA, mais le gouvernement namibien souligne progressivement la nécessité pour les investisseurs financiers de s’associer aux organisations possédées par la Namibie.

De fin 2015 à mi-2017, la zone financière de la Namibie a subi une pression, liée dans une large mesure par la facilitation du développement des magasins en arrière-plan, des dépenses de subventionnement minimales et progressivement coûteuses et une faible liquidité. Néanmoins, à la mi-2017, cela donnait l’idée que la situation était facilitante, que l’entreprise était effectivement devenue une source de liquidités et, dans une moindre mesure, un preneur de valeur marchande lorsqu’il s’agissait de subventionner.

Cela était valable jusqu’à la fin de 2018, quand dès le début cela a donné l’impression que la liquidité était passée sous un sérieux facteur de pression et sans aucun doute en 2019 avec les banques annonçant leur utilisation la plus remarquable du guichet de rachat à la banque nationale et les moindres degrés. de liquidité des banques d’affaires en tout état de cause 10 ans. Néanmoins, quelle que soit la nature inquiétante de ce qui précède, des changements considérables se sont produits à la fois dans l’économie namibienne plus étendue, tout comme dans le domaine financier explicitement, ce qui implique que cette nouvelle période de faible liquidité n’est pas le souci que le passé une telle scène peut avoir été.

Aujourd’hui, la Namibie possède l’un des secteurs financiers les plus progressistes d’Afrique. C’est la deuxième industrie la plus performante du pays après l’exploitation minière.

Précédente Suivante